clos lapeyre vin de jurançon moelleux • Vent Balaguèr de LAPEYRE

Jurançon Moelleux

Le Vent Balagùer, c’est le vent du Sud en occitan, le vent qui vient d’Espagne, en se réchauffant sur le versant Sud des Pyrénées.

Le Vent Balagùer est le résultat d’un « coup de main à la nature » puisque les raisins de Petit Manseng, cueillis en surmaturité, sont mis en clayettes (celles qui servaient pour les fraises il y a 15 ans) pour parfaire leur passerillage, en alternance : dehors quand il y a du soleil et dans le chai par temps humide ou pluvieux. Le raisin change alors progressivement de couleur passant du jaune doré au roux, marron ; son goût change, les notes d’abricot, d’écorce d’orange séchée, de nèfle… apparaissent. On évalue alors à 4 à 5 le nombre de kilos de raisins nécessaires pour obtenir un litre de jus, contre 1,5 kg normalement !

L’étiquette de cette cuvée est la représentation d’une peinture de Chahab (célèbre artiste iranien résidant en Béarn) réalisée sur le thème : la chaleur et le vent.

44,80

CEPAGE

100 % Petit Manseng.

VINIFICATION

Après un pressurage lent, les jus légèrement débourbés fermentent lentement, s’arrêtent quelques fois et reprennent au printemps

ÉLEVAGE

2 ans en fûts neufs.

MILLESIMES EN COURS

2010, vieux millésime sur demande
TAV en pourcentage : 12
Présence de sulfites : Oui

CONTENANCES DISPONIBLES

50cl

LA DÉGUSTATION

Nez très riche, mais avec de la fraîcheur, du pain d’épices, de la pâte de fruits, du miel, des épices, de l’abricot frais mais très mûr, des zestes d’orange confits. Bouche riche et confite, dense, avec du gras, une acidité superbe, citronnée.

ACCORDS METS ET VINS

En guise de dessert, en grignotant des fruits secs, du chocolat fin 80 % cacao, avec des fromages persillés bien affinés.

VU DANS LA PRESSE

Magazine RVF Spécial Liquoreux 2015
« Cette cuvée de vendanges trés tardives, trés passerillées (y compris en clayettes) pousse loin dans ses retranchements le petit manseng. On se rapproche ici du vin de paille. La robe est soutenue, les arômes trés confits prennent des nuances automnales et bletties : châtaigne, nèfle…. On ne tombe jamais dans la lourdeur, car l’acidité y compris la volatile, est aussi présente que la liqueur est intense. »